Clous de girofle

Les clous de girofle sont les boutons floraux séchés et encore fermés du giroflier (Syzygium aromaticum ou Eugenia caryophyllata), un arbre tropical de la famille des Myrtacées (comme le myrte par exemple). Les boutons floraux du giroflier sont en forme de clous, d’où leur appellation.

Le giroflier est un arbre ornemental qui peut atteindre 15 à 20 mètres de hauteur. Son feuillage est coriace et très dense. La floraison a lieu de septembre à mars. Lorsque les fleurs s’épanouissent, elles forment une petite cloche de couleur rouge avec de nombreuses étamines. Le fruit est une baie allongée rouge foncé et qui contient 1 à 2 graines. Ces graines perdant très rapidement leur capacité germinative, la culture se fait par semis dès après la récolte des graines. La première récolte n’est possible qu’après 6 à 8 ans de croissance et les meilleurs rendements sont obtenus au bout de 25 ans. Le giroflier peut être productif jusqu’à 50 ans voire plus.

Les fleurs sont cueillies, manuellement, lorsque les boutons, encore fermés, deviennent légèrement rouges. Ils sont alors « dégriffés » : on sépare les boutons de leur pédicelle (queue de la fleur) dont on extrait de l’huile essentielle, puis on les sèche. Ils deviennent alors l’épice de couleur brun foncé que l’on connaît.

Histoire

On trouve la trace des clous de girofle dans des temps très anciens et tout au long des siècles. Un livre de médecine ayurvédique (médecine indienne) datant d’environ 1500 ans av. J-C aurait le premier décrit des clous de girofle et des traces en auraient même été retrouvées sur le sol d’une cuisine incendiée du site mésopotamien de Terqa (Syrie) daté de 1700 av. J-C. Au IIIème siècle av. J-C, les clous de girofle étaient importés en Chine : les courtisans devaient en avoir en bouche pour purifier leur haleine avant de voir l’empereur. Apicius consacre le triomphe des épices dans le livre “De re coquinaria” ou “de l’Art Culinaire”, paru au IIIème ou IVème siècle, ouvrage dans lequel les clous de girofle sont intégrés dans la liste des épices indispensables dans une maison.

Au IVème siècle, l’empereur romain Constantin le Grand en apporta au Pape Sylvestre, mais le commerce des clous de girofle ne s’est réellement développé dans les régions méditerranéennes qu’entre le IVème et le VIIème siècle, grâce aux Arabes qui les importaient. Au XVIème siècle, les Portugais, débarqués aux îles Moluques, tentent d’en organiser seuls le commerce. Au siècle suivant, les Hollandais prennent le relais. Les clous de girofle seront introduits en terre française à partir du XVIIIème siècle sur l’île Maurice puis en Guyane et à Madagascar, à l’initiative de l’agronome Pierre Poivre, qui organisa des expéditions sur les îles Moluques pour importer des plants et ensuite adapter leur culture.

Utilisation

Les clous de girofle ont un parfum très prononcé, fleuri avec une note chaude et poivrée. Il faut les doser avec parcimonie. Utilisés en cuisine dès le Moyen Âge, pour masquer la saveur indésirable des aliments altérés par des méthodes de conservation inefficaces, on les cuisine depuis, aussi bien dans des préparations sucrées que salées.

Souvent associés à la cannelle ou à la muscade, on retrouve des clous de girofle dans la plupart des mélanges d’épices tels que les currys (garam masala, ras-el-hanout, cinq épices…). En Europe, on les utilise pour relever les bouillons, marinades de gibier ou plats en sauce (oignon piqué de 2-3 clous de girofle que l’on retire avant de servir) mais également pour préparer les plats à base de chou et les conserves au vinaigre. Ils parfument parfois le café ou des infusions.

Pour les préparations sucrées, on peut ne se servir que de la tête des clous, qui a une saveur un peu moins pénétrante. Parmi les préparations les plus courantes intégrant des clous de girofle, on trouve le pain d’épices, les gâteaux aux fruits – notamment aux pommes – le panpepato, spécialité de Sienne que l’on déguste à Noël ou encore le vin chaud (clous piqués dans des quartiers d’orange).

En Indonésie, on utilise les clous de girofle pour parfumer les cigarettes kretek. En Inde, il entre dans la confection de la chique de bétel. Dans les pays anglo-saxons, on se sert de clous de girofle, piqués dans des citrons ou des oranges, pour parfumer les pièces. L’huile essentielle est également utilisée dans des parfums, des savons, des médicaments (analgésiques dentaires) ou des rince-bouche.

Régions

Le giroflier est originaire des îles Moluques (archipel à l’est de l’Indonésie) et le principal pays producteur est encore l’Indonésie, qui produit des clous de girofle de qualité supérieure. La Tanzanie en produit également de bonne qualité. La production en provenance de Madagascar, de la Réunion et de l’île Maurice serait en revanche de qualité moindre car moins riche en huiles essentielles. Le giroflier est également cultivé aux Antilles, en Inde, au Sri Lanka, en Malaisie, au Gabon…